BIOGRAPHIE

Ariane Lopez-Huici , photographe vivant entre New York et Paris.

Dans le prolongement de ses études d’art, elle devient en 1970 l’assistante du cinéaste brésilien Nelson Pereira dos Santos, père du cinéma Novo au Brésil. Elle apprend à son contact les techniques de lumière et de photographie, et développe un attachement profond pour le cinéma d’avant-garde et toute forme d’improvisation artistique. En 1975, elle décide de se consacrer à la photographie et expose en solo pour la première fois au Darthmouth College en 1977. En 1980, elle s’installe à New York avec son époux, le sculpteur Alain Kirili. En 2004, elle expose deux rétrospectives de son oeuvre au Musée de Grenoble, en France, et à l’IVAM en Espagne. En 2008, elle présente ses dernieres séries à la New York Studio School. En 2014, Ariane Lopez-Huici et Alain Kirili exposent pour la première fois leurs oeuvres en dialogue dans "Parcours croisés" au Musée des Beaux-Arts de Caen.

Son travail se concentre sur le corps, en constante transgression avec les canons de beauté conventionnels. Pour accentuer les zones sombres de l’aventure humaine, elle pratique une photographie noir et blanc marquée par un grain prononcé et des noirs profonds. Ses séries Aviva, Dalila et Holly montrent sa passion pour les corps Rubanesques. Ses séries africaines Adama&Omar et Kenekoubo Ogoïre développent son intérêt pour toute forme d’expression physique et sensuelle. Ses séries Les Rebelles et Triumph, elle réunit des groupes de femmes pour encore mieux révéler leur voluptueuse majesté. Sa série Hecate, 2009-2010, portraits nus d'une femme handicapée, affirme dans la tradition de Rodin, la beauté et personalité véritable du corps fragmenté. Après avoir photographié le corp nu pendant plusieurs années, c'etait pour Ariane un changement inhabituel de travailler avec Shani Ha, 2013-2016 dans ses sculptures en textile.

En connection avec le monde incroyablement riche de l’improvisation et du free jazz de New York, elle photographie les musiciens les plus talentueux, publiant par exemple la série the flying hands of Cecil Taylor.

 

2014

Ariane Lopez-Huici expose dans Parcours Croisés un duo avec Alain Kirili au Musée des Beaux-Arts de Caen en France. C'est la premiére fois qu'ils exposent ensemble révélant une vie artistique partagée.

2010

Ariane Lopez-Huici révèle ses séries Priscille avec un modèle handicappé, dans l’exposition Ariane Lopez-Huici and Marilia Destot: The Fragmented Body, au French Institute-Alliance Française à New York. Guy Sorman écrit pour le catalogue “Des Corps Libres”.

2009

Première projection du film Très Près du Corps à la Maison Française de New York University à NY.

2008

La photographe et artiste multimédia Marilia Destot réalise le film-“photographique” Très Près du Corps, un documentaire rétrospectif qui révèle le parcours et les enjeux artistiques de la photographie d’Ariane Lopez-Huici : de l’abstraction à la figuration, vers une célébration jubilatoire des corps. Un témoignage rare qui associe aux photographies de l’artiste, son commentaire oral, et des citations et extraits des écrivains et musiciens qui accompagnent son oeuvre. Le film montre pour la premiere fois, l’intimité d’une séance en atelier avec l’artiste et ses modèles.

2007

Invitée par la New York Studio School, l'artiste exposera une rétrospective de ses corps et nus les plus récents, dont Rebelles et Triumph. Carter Ratcliff écrit le catalogue d’exposition.

2006

Expose ses photographies de jazz au Vision Festival, New York.

Débute à paris une nouvelle série de nu et de groupe avec "les Rebelles".

2005

Exposition de la série les "Lutteurs Africains" au Bowery Poetry Club, New York.

2004

Expositions rétrospectives au Musée de Grenoble et à l'Institut Valencià d'Art Modern, IVAM, pour lesquelles ont respectivement et magnifiquement écrit le poète et critique d'art Carter Ratcliff "Beyond Athens and Eden : The art of Ariane Lopez-Huici", et l'écrivain Edmund White : "The Sacred Monsters of Ariane Lopez-Huici".

2003

Voyage au Mali où elle photographie les "Lutteurs Africains" Adama & Omar, puis "Kenekoubo Ogoire", le maître de cérémonie, sourd et muet, qui donne le rythme avec son corps aux danseurs de masque du pays Dogon. Et encore les "Toutcouleur" dites "les Élégantes" de Saint Louis du Sénégal, toujours parées de leurs plus beaux atouts.

2001

Dans la continuité de la série In Abstracto, elle commence une série de calligraphies sur polaroids intitulées Attaques.

2000

Expose à la FIAC un ensemble de photographie de ses modèles favoris : Aviva, Dalila, La mère et son fils, Femme à la toilette et un nouveau modèle new-yorkais Bill Shannon, danseur hip-hop paralysé.

1999

Première exposition à Paris sur le thème d’Aviva à la galerie Frank, Arthur Danto écrira un très beau texte pour le catalogue. Pendant cette exposition, elle rencontre un nouveau modèle important pour elle, Dalila Khatir.

La même année, elle voyage au Mali en compagnie d’Alain Kirili. Ensemble, ils explorent le pays Dogon.

1996

Deuxième exposition à la galerie AC Project room sur le thème Aviva. Elle a rencontré le modèle, Aviva, lors d’un vernissage, et, enthousiamée par son corps impérial, lui a propose de poser. Ce sera une étape décisive dans sa recherche du corps différent..

1995

Pour fêter ses cinquante ans et se solidariser avec ses modèles, elle se met elle-même en scène dans un film de vingts minutes TOAK, fait en collaboration avec Chrystel Egal où elle danse nue.

1994

Exposition à la galerie AC Project room, New-York, de la série Solo absolu, sur le thème de la masturbation masculine. A cette occasion, publication d’une conversation entre Julia Kristeva et Ariane Lopez-Huici.

1990

Elle participe à une exposition collective à la White Columns, New-York, “Fragments, Parts, Wholes : The body and culture” organisée par Saul Ostrow, sur le thème du corps, ou elle présente l’érotisme masculin. A la suite de cette exposition, l’historienne d’art et critique Jeanne Siegel analyse les différents enjeux qui parcourent ses photos concernant la sexualité masculine, sujet rarement traité par une femme artiste.

1989

Réalise la serie In Abstracto. Rencontre le danseur Daniel D. qui sera le modèle de Solo absolu.

1984

Voyage en Italie, et crée la série Corps à corps.

1983

Expose à PS1 à New-York une série de photos intitulées Les tombes de Soliman le magnifique, prises lors d’un voyage à Istanbul.

Exposition au Museum Photography, Los Angeles.

1980

S’installe à New-York dans un loft à Tribeca, White Street dans le sud de Manhattan.

1979

Deuxième voyage en Inde , où elle visite le fameux temple érotique de Kajuharo, dont elle tire une série intitulée Indian ecstasy.

1977

Epouse le sculpteur Alain Kirili.

Première exposition personnelle au Darthmouth College, New Hampshire, où elle montre un ensemble de portraits de personnalités du monde de l’art et de la littérature, dont Roland Barthes et Julia Kristeva.

1975

Décide de se consacrer à la photographie.

1970

Rencontre et devient l'assistante du cinéaste brésilien Nelson Pereira dos Santos, père du cinéma novo brésilien. Pendant 5 ans, voyage entre la France et Rio. Apprend la photographie et les techniques d’éclairage. Se passionne pour le cinéma avant-garde de Jonas Mekas et Maya Deren, attentive à toutes les formes artistiques de l’improvisation.

1965

Fait ses études à l’école des Beaux-Arts de Perugia, Italie, puis à l’école du Musée Nissim de Camondo à Paris.

1945

Naissance à Biarritz, France, d’un père basque chilien, Eugenio Lopez-Huici et d’une mère lorraine, Evelyne Belly. Sa grande tante Eugenia Huici Errazuriz, est une mécène, amie de Stravinsky et de Picasso, qui a fait d’elle un portrait célèbre et une série de dessins.

 

ARIANE LOPEZ-HUICI

Biographie

Portfolio

Film

Sélection d'Expositions

Écrit de l'Artiste

Bibliographie

Contact

 

< Accueil

< English Version